Léo Maes Vereenoghe – Vase Art Nouveau – Poterie Flamande, Torhout

1.950,00

 Léon Maes Verrenoghe – Vase Art Nouveau  – Poterie Flamande , Torhout

Grand et important vase en terre cuite vernissée à décor végétal .  La pièce est signée avec le monogramme LMV (1891-1090) dans le décor.

Dimensions:
Hauteur: 49 cm
Diamètre: base : 16 cm

 

Prix: 1950 euros.

Catégories : , Étiquettes : , ,

Description

Léo Maes Vereenoghe –  Art Nouveau Vase Décor Végétal  – Poterie Flamande , Torhout

Grand et important vase en terre cuite vernissée à décor végétal .  La pièce est signée avec le monogramme LMV (1891-1090) dans le décor.

Dimensions:
Hauteur: 49 cm
Diamètre: base : 16 cm

L’artiste.

Léo Maes Vereenoghe(1864-1941), a commencé à travailler pendant plusieurs années comme ouvrier dans les ateliers de Willemyns. Entre 1870 et 1880, il s’est concentré sur la fabrication de poterie (florale) ornementale. Au milieu du XIXe siècle, cette poterie décorée était en déclin en Flandre, par opposition à la création d’objets fonctionnels. Léo Maes, cependant, a rapidement (vers 1891-1892) adopté un style différent, plus moderne et plus libre dans l’atelier de son père. De plus, il a lancé une production indépendante de faïence d’art et de faïence utilitaire. Il a attiré des artistes/designers externes et a introduit le bleu et l’utilisation de la signature. Léo Maes a mené l’entreprise à son apogée et peut donc, à partir de 1897, être considéré comme la nouvelle figure de proue de la poterie de (New)-Torhout.

Art Nouveau.

À ses débuts, il s’agissait de pièces uniques.  Ce n’est que plus tard qu’il a été question de “production en série “.  Néanmoins, chaque pièce fabriquée témoignait de la main, du cachet, de l’âme du potier. Les objets avaient chacun leur propre identité. En outre, Léo entama une coopération, même courte, avec l’ingénieur et connaisseur en art de Courtrai Pierre Joseph Laigneil (1870-1950). Ce dernier a  tenu entre 1895 et 1896 à Bruxelles  un important commerce d’objets d’art décoratif. Il a fait dessiner par ses parents Emmanuel et Joseph-Viérin des vases de style Art Nouveau que Léo Maes a ensuite tournés dans ce nouveau style pour l’ introduire sur le marché bruxellois.  Les principales raisons de l’interruption de cette collaboration après quelques mois seulement, fin 1897-début 1898, étaient le désaccord sur l’identité de l’inventeur de l’application de la couleur bleue à la céramique et la discussion sur la propriété des dessins.

Succès et reconnaissance royale.

Cette brève coopération avait porté ses fruits pour  Léo Maes : l’avènement de l’art nouveau (1897-1910), le développement d’un style personnel les nouveaux Torhouts, l’exposition nationale et internationale, la renommée, la publicité et le succès par le biais de publications dans diverses revues déboucha sur la création d’un marché intérieur et étranger comme l’Angleterre et les États-Unis. Le 29 octobre 1899, Léon Maes a en outre obtenu un brevet pour l’invention de la cuisson de la couleur bleue dans la poterie. Le 22 juin 1907, le roi Léopold II décerna à Léo Maes le titre de fournisseur de la cour.  Il  participa a’ diverses expositions et foires commerciales, notamment celles de Charleroi et de Gand où il  remporta un deuxième prix.

Déclin.

Pendant les années de guerre, l’activité professionnelle a décliné jusqu’à son arrêt complet en 1917.  A partir de 1922, la manufacture sera reprise par son fils Armand Maes ( 1893-1991) avec un succès commercial nettement plus modeste.