Armand Simon – Surréalisme – Paire de Dessins à l’encre de Chine – Les Incongruités Monumentales – 1964

1.200,00

Paire de dessin  à l’encre de Chine – Surréalisme d’Armand Simon, intitulée ” Les incongruités monumentales”. Signés et datés 1964.
Dimensions:  26 x 35 cm. ( par dessin)

État: Très bon – Légères déchirures dans la marge.

Prix : 1200 euros.

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Œuvre a vendre – Armand Simon – Surréaliste :

Paire de dessin  à l’encre de chine  d’Armand Simon, intitulée ” Les incongruités monumentales”. Signés et datés 1964.
Le titre de ces œuvres est plus que probablement inspiré par le livre de l’écrivain surréaliste français  Andre Pieyre de Mandiarguesles incongruités monumentales, Paris, Robert Laffont, 1948 et réédité avec deux autres recueil de poèmes,   Astyanax  et  Cartolines et dédicaces, Paris, Gallimard, 1964.

Dimensions:  26 x 35 cm. ( par dessin)
Concernant l’État: Très bon – Légères déchirures dans la marge

L’Artiste:

Armand Simon né le 3 mars 1906 à Pâturages et mort le 15 juin 1981 à Frameries est un dessinateur surréaliste du Hainaut

Études.
Il étudie les sciences à l’athénée de Mons où il rencontre le poète Achille Chavée et l’écrivain montois Fernand Demoustier (alias Fernand Dumont). Avec eux, il entreprend des études à l’ULB, qu’il abandonne assez vite. En 1930, Chavée et Dumont l’initient au surréalisme1. Armand Simon réalise ses premiers dessins d’inspiration surréaliste en 1933.

Solitaire et marginal.

En 1940, Armand Simon collabore à L’invention collective, revue fondée à Bruxelles par René Magritte et Raoul Ubac. Armand Simon divorce en 1948. Il arrête alors toute autre activité pour se consacrer uniquement et totalement à son art. Apolitique, marginal, le solitaire Armand Simon a vécu hors du monde à Pâturages, son village du cœur du Borinage, très éloigné des capitales culturelles. Malgré les sollicitations, il participe peu à ses expositions, préférant rester chez lui. Le Solitaire de Pâturages meurt à la clinique de Frameries le 15 juin 1981.

  1. Ses dessins   (encre de chine) pour Les Chants de Maldoror

De 1939 à 1944, Armand Simon illustre de quarante dessins Les Chants de Maldoror du comte de Lautréamont, œuvre que le dessinateur avait découverte chez un bouquiniste en 19234.

Ses groupes surréalistes

 

  • Armand Simon intègre le groupe Rupture en 1936.
  • En 1939, il fonde le « Groupe surréaliste en Hainaut » avec ses amis Achille Chavée, Fernand Dumont, Marcel Lefrancq et Louis Van de Spiegele.
  • En 1947, il fonde avec Marcel Lefrancq le groupe Haute Nuit à Mons.
  • Livre
  • Le Maître du Hasard de Michel Stavaux, illustré par Armand Simon, éditions André De Rache, Bruxelles, 1975.